Je ne sais pas encore : les interrigations ?

Aller directement à la partie traitant de :
Ovni
Arts Extrabulatoire

Les Ovni

Le fait

Le terme Objet Volant Non Identifié (OVNI) (de UFO, Unidentified Flying Object inventé en 1951 par un officier de l'armée de l'air américaine) montre à quel point on manque de précision à leur sujet. David Jacobs, un expert américain en la matière, définit un OVNI comme «l'observation d'un objet extraordinaire en vol ou posé sur terre, ou d'une expérience similaire, restant inexpliquée après une analyse rigoureuse » . Le terme ne recouvre pas les «soucoupes volantes ». de la mythologie populaire, bien qu'il puisse, en théorie, inclure le principe des vaisseaux spatiaux extra-terrestres. Sur la base de cette définition, qui englobe un grand nombre d'apparitions très disparates, peu de gens refuseront de croire à l'existence des OVNI. Cependant, les contestations apparaissent lorsqu'il s'agit de définir la nature exacte de ces OVNI. Des restes de l'engin ont parfois été récupérés et on peut démontrer rapidement que l'objet en question n'était qu'un fragment de satellite désintégré. Mais la plupart des objets volants non identifiés ne laissent aucune trace tangible, hormis les récits des témoins. Deux facteurs impliquent alors la tâche des enquêteurs. Le premier est la fiabilité du témoin. Même quand les individus qui prétendent avoir vu des OVNI sont considérés comme crédibles, il apparaît difficile, voire impossible, de reconstituer ce qu'elles ont vu. La vision, processus physique objectif, diffère considérablement du processus subjectif d'interprétation. L'observateur se forge une opinion pendant le déroulement même des faits. L'autre facteur rendant l'enquête difficile est le préjugé de l'enquêteur lui-même. Un sceptique inébranlable ou un ardent défenseur de l'existence des OVNI parviendront inévitablement à des conclusions différentes sur un cas ambigu - et ces cas là sont les plus fréquents!

Les témoignages du passé

Un grand nombre d'individus conçoivent les OVNI à travers les représentations qu'en donnent les romans et les films de science-fiction, c'est-à-dire comme des engins de l'espace transportant des extra-terrestres en provenance de mondes technologiquement très avancés. Cette conception relativement récente résulte, sans doute, de la connaissance plus approfondie que nous avons de l'espace, ainsi que la prolifération des images induites par une certaine littérature ou certains films. Cependant, des apparitions étranges se sont manifestées dans le ciel bien avant que les vols spatiaux soient devenus possibles. Les témoignages relatifs à des apparitions célestes mystérieuses remontent à l'aube de l'histoire écrite. Les premières traces d'OVNI apparaîtraient dans les légendes. Un conte chinois très ancien parle du pays éloigné "des chars volants", habité par des êtres à un bras et trois yeux, et conduisant des chariots ailés aux roues dorées. Le texte sanskrit Drona Parva décrit des combats aériens entre dieux pilotant des machines volantes appelées vimanas. Les peintures sur des rochers du Dieu de la création de Vondjina, en Australie, ont été interprétées comme étant des extra-terrestres (photo ci-dessus à droite), tout comme les sculptures trouvées au Venezuela (photo ci-dessous). Mais c'est dans la Bible qu'on rencontre les histoires les plus extraordinaires. Ainsi, Élie, le prophète de l'Ancien Testament, monta au ciel sur un "chariot de feu", emporté dans un tourbillon. La vision de Jacob telle qu'elle est rapportée dans la Genèse avec ses anges qui gravissent une échelle jusqu'au ciel, a aussi été interprétée comme l'apparition d'un OVNI. Ainsi, dans le récit de Moïse conduisant les israélites vers la Terre promise à travers le Sinaï (Ex. 13,21), il est dit que "Yahvé marchait devant eux, le jour dans une colonne de nuées pour les guider sur le chemin , et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer; ils pouvaient ainsi marcher le jour et la nuit". La description la plus précise et la plus élaborée d'un possible OVNI a été donnée par Ézéchiel, prêtre dans un des campements juifs. Vers 593 avant J.-C., il eut une vision extraordinaire: "Je regardai, et voici un vent de tempête qui venait du nord, une grande nuée, ainsi qu'un feu jaillissant et un éclat tout autour, et au milieu (du feu) comme le scintillement du vermeil. Et au milieu (du feu), une forme de quatre Vivants dont voici l'aspect: ils avaient une forme d'homme. Chacun avait quatre faces et chacun d'eux quatre ailes." La description d'Ézéchiel, en tête du livre de l'Ancien Testament qui porte son nom, se poursuit assez longuement. Bien d'autres récits similaires figurent à travers l'Histoire bien après celui d'Ézéchiel et bien avant ceux de notre époque. Les chroniqueurs des campagnes d'Alexandre le Grand rapportent que, en 329 avant J.-C., son armée fut poursuivie par deux objets volants. Le ciel de Nuremberg fut le théâtre, en avril 1561, d'un événement spectaculaire, un véritable ballet de sphères et de disques. Cinq ans plus tard, c'était au tour des habitants de Bâle d'être témoins d'une scène analogue (photo à gauche). Ces témoignages du passé sont suggestifs, sans plus. Décrivent-ils de vrais OVNI? Voilà qui est moins sûr. La seule vérification de l'authenticité des documents relatant ces histoires est déjà complexe pour les chercheurs. Il est inévitable, en effet, que des exaltés peu scrupuleux aient fabriqués eux-mêmes des textes "anciens".

Les objets volants non-identifiés

C'est à partir de la fin du XIXe siècle que les récits d'engins spatiaux sont les plus remarquables. Entre novembre 1896 et avril 1897, les États-Unis fut le siège d'une série d'apparitions qui commencèrent en Californie et se répandirent vers l'est (probablement que les gens auraient pris des ballons dirigeables pour des engins spatiaux, d'autant plus que les premiers récits de science-fiction eurent une énorme audience en Amérique). Régulièrement depuis lors, les observations d'OVNI se font par vagues, débutant par quelques apparitions isolées, puis se faisant de plus en plus nombreuses et enfin décroissant peu à peu après avoir atteint un maximum. Dix ans après la vague d'OVNI aux États-Unis, survint en Russie un événement extraordinaire qui ne pouvait être écarté comme un simple canular ou une histoire à dormir debout. Le matin du 30 juin 1908, une chose énorme et terrifiante tombait du ciel et explosait dans une région appelée Tunguska, située au fin fond de la Sibérie. Un témoin rapporta que le ciel fut coupé en deux par le souffle de l'explosion. Un autre vit un objet en flammes, de forme allongée avec une traînée de poussière. Le cataclysme fit voler les vitres en éclats, secoua le sol et un vent brûlant se propagea dans cette contrée désolée, fauchant les arbres comme des allumettes et incendiant quelque 2000 km carré de forêts. L'incident de Tunguska est resté un mystère que beaucoup ont cherché à élucider. Les explications les plus originales font intervenir des découvertes récentes concernant l'antimatière et la collision avec un trou noir. On ne s'étonnera pas que certains aient suggéré que cette catastrophe était l'effet de la désintégration d'un OVNI dans l'atmosphère. Plusieurs scientifiques soviétiques ont affirmé avoir relevé dans le sol une radioactivité anormalement élevé. Ils calculèrent également la trajectoire de l'objet et en conclurent que le visiteur avait ralenti avant d'entrer dans l'atmosphère. Plusieurs scientifiques infirment ces faits et on pense plutôt qu'il s'agirait de la collision d'une comète avec la Terre. Environ 10 ans plus tard, une apparition se produisit devant une foule considérable, sans doute la plus grande de l'histoire des OVNI. Le 13 octobre 1917, 50000 personnes rassemblées à Fatima, au Portugal, restèrent muettes de surprise devant le spectacle qui se déroulait dans le ciel. Les nuages s'écartaient pour livrer passage à un énorme disque argenté tournant comme une roue de moulin à vent et dansant dans le ciel. L'objet dégageait de la chaleur. Après avoir plongé vers la Terre, le disque remonta au ciel et disparut. L'événement accomplissait la prophétie de trois jeunes paysannes affirmant avoir parlé à la Vierge Marie, qui les aurait prévenues de son apparition justement le 13 octobre, "pour que le monde puisse croire". L'Église en fit un miracle mais beaucoup voit des similitudes frappantes avec d'autres témoignages concernant d'éventuels objets volants. Durant la deuxième guerre mondiale, à chaque fois que quelque objet étrange apparaissait dans le ciel, la première réaction des témoins était d'y voir une nouvelle arme de l'arsenal ennemi. C'est l'explication que donnèrent les commandants américains aux pilotes de l'armée de l'air qui observèrent une série de phénomènes étranges à l'automne de 1944: des boules lumineuses venues on ne sait de où, disaient-ils, poursuivaient leurs avions. Les disques incandescents, certains de couleur rouge, d'autres de couleur orange ou blancs semblaient jouer avec les avions, plongeant dans l'espace, s'allumant et s'éteignant parfois comme des boules de sapin de Noël. Un appareil pouvait être suivi par au moins 10 des ces lumières que les aviateurs surnommèrent "foo fighters". L'idée que ces boules de feu pussent être des armes secrètes fut abandonnée quand on constata qu'aucune n'avait attaqué un seul avion. Après la guerre, on apprit que les pilotes allemands les avaient aperçues également et avaient pensé qu'il s'agissait d'une arme secrète des Alliés. De 1948 à 1969, l'armée de l'air américaine fut chargée d'enquêter sur les témoignages concernant des OVNI. Pendant la majeure partie de cette période, cette tâche incomba à un service spécial dénommé le project Blue Book. Le project Blue Book a poursuivi les travaux amorcés par les deux programmes précédents - Sign et Grudge- qui s'étaient enlisés par manque d'expérience et d'organisation. En raison de la multiplication d'apparitions qui marqua l'année 1952, le besoin d'une étude plus systématique se fit sentir, et le project Blue Book fut mis sur pied sous la tutelle du capitaine Edward J. Ruppelt. Les témoins recevaient un questionnaire de huit pages; les photographies et les négatifs étaient analysés; et l'on procédait à des interviews sur le terrain. Les enquêteurs consultaient les données astronomiques, vérifiaient le parcours des avions réguliers et les bulletins météorologiques. Au total, le project Blue Book a permis de faire tri et d'éliminer les apparitions d'OVNI qui étaient manifestement des canulars (comme la photo ci-dessus) ou des phénomènes naturels. Mais l'équipe a travaillé dans un esprit ouvertement hostile à l'existence des OVNI. Aussi, dans un nombre restreint de cas, les enquêteurs avaient le choix entre deux solutions: admettre qu'ils ne parvenaient pas à identifier l'objet, ou d'adopter n'importe qu'elle explication vraisemblable, au besoin tirée par les cheveux.

L'affaire Roswell et les enlèvements

Un événement assez extraordinaire propre à inciter l'armée de l'Air américaine à agir s'était produit dans le désert du Sud-Ouest le 2 juillet 1947 à Roswell, Nouveau Mexique. Pour la première fois, on annonçait qu'un OVNI s'était écrasé sur Terre. Les récits qu'en firent la presse et l'armée de l'air étaient confus et contradictoires. Tout commença par la description faites par plusieurs personnes d'un objet brillant, volant à grande vitesse. Ceci se passait à environ 21 h 50. Un peu plus tard, Mac Brazel, un éleveur de moutons, entendit une formidable explosion. Le lendemain matin, Brazel aurait, assure-t-on, découvert éparpillés sur quelque 400 m des fragments d'une substance comparable à du papier d'aluminium, très fine et très souple, mais extrêmement résistante. Selon un autre récit, Brazel trouva également un objet en forme de disque qu'il remit à un officier des services secrets de la base aérienne de Roswell. La presse ne donnait pas davantage de précisions mais on avait la preuve qu'une sorte d'OVNI avait été récupérée. Le général Ramey annonça à la radio qu'il s'agissait d'une erreur. Ce que Brazel avait découvert, dit-il, était en réalité l'épave d'une sonde météorologique. Et l'affaire en resta là, enveloppée de mystère, le public et les médias en étant réduits aux conjonctures sur les faits réels. Pendant des années, il ne fit aucun doute pour les adeptes des OVNI que l'armée de l'air cherchait à dissimuler la vérité; beaucoup plus tard, en 1987, on mit à jour des documents qui apportaient la preuve que l'aéronef et les corps des quatre membres de l'équipage avaient bien été retrouvés. Un document a été déposé dans la boîte aux lettres d'un des enquêteurs, à Los Angeles, sous forme de microfilm. Il semblerait que ce soit une note de synthèse rédigée en novembre 1952 à l'intention du président Eisenhower. Elle rapporte que les restes d'un engin spatial et des petits corps humanoïdes furent récupérés et examinés après l'écrasement d'un OVNI près de Roswell. Une équipe de scientifiques fédéraux auraient établi que ces créatures sont biologiquement différentes des êtres humains. Les chercheurs ont été incapables d'identifier la source d'énergie utilisée par l'engin et de déchiffrer les exemples d'écritures retrouvés sur les débris (photo à droite). En 1996, le réseau de télévision américain Fox présenta un reportage où l'on voit des scientifiques procédant à l'autopsie d'un de ces humanoïdes retrouvés à Roswell (photos ci-dessous). La provenance de ce film reste inconnue. Les analyses du film démontrent qu'il aurait été conçu vers la fin des années 40. Mais cela ne prouve rien puisqu'il est possible de se procurer un film datant de cette époque, même si c'est difficile à trouver. Des spécialistes en effets spéciaux affirment qu'il aurait été difficile de faire un tel trucage à cette époque, et même aujourd'hui. D'autres disent qu'il est possible de créer "assez facilement" un tel film. On se questionne également sur les méthodes d'autopsie utilisées dans ce court métrage. Néanmoins, personne n'a réussit à prouver qu'il s'agissait d'un canular ou d'un vrai document. Plusieurs questions restent sans réponses. La publicité qui entoura l'incident de Roswell a donné naissance à des histoires du même genre. L'une d'elles commença à circuler à la fin de 1978: une soucoupe volante se serait écrasée au Mexique, à 50 km de la frontière du Texas, le 7 juillet 1948. À l'intérieur, on aurait découvert le corps carbonisé de son pilote extra terrestre. Les débris de la soucoupe auraient été emportés par des militaires américains et mexicains, non sans qu'un jeune photographe de la Marine américaine ait réussi à prendre une série de clichés de l'extra terrestre. Pour certains, la forme apparaissant sur les clichés (photo à gauche) ne serait que le corps calciné d'un pilote humain tué dans l'accident d'un avion de tourisme. Ils firent, en effet, remarquer la présence de lunettes très "terrestres". Également, un accident aurait eu lieu dans les montagnes désolées de l'archipel des Spitzberg, à 800 km au nord de la Norvège. Un autre véhicule spatial se serait écrasé en Pologne. L'humanoïde aux commandes aurait été retrouvé vivant et transporté à l'hôpital où les médecins se seraient efforcés de lui ôter sa combinaison de vol en métal. Il mourut au moment où on lui retirait un brassard. Le cadavre se trouverait maintenant à quelque part dans l'ex Union soviétique. Les spécialistes sérieux ne font aucun cas de telles histoires qui reposent généralement sur des ouï-dire plutôt que sur des témoignages visuels, et dont les maigres preuves sont le plus souvent fabriquées. Toutefois, ces racontars trouvent encore un large public, convaincu que les autorités leur cachent des choses concernant les OVNI par peur de provoquer la panique parmi la population. Plus sinistres que ces fables sont les histoires d'enlèvements par des extra-terrestres qui pratiqueraient des opérations sur leurs victimes. Ces témoignages se sont répandus dans les années soixante. L'élément le plus étonnant, dans ces cas d'enlèvement, est que la victime, après avoir vu un OVNI, constate qu'une heure ou deux se sont écoulées dont elle ne garde aucun souvenir. Au cours des mois qui suivent, elle est troublée par des cauchemars, de brusques irruptions d'images du passé d'une extrême anxiété. Elle finit par se souvenir, spontanément ou en état d'hypnose, que, pendant ce "blanc", elle a été enlevée par des extra-terrestres. Pour les sceptiques, ces témoignages faisant souvent état d'examens et de manipulations pratiquées sur le corps pouvant aller jusqu'à provoquer une grossesse sont de purs produits de l'imagination, inventions ou hallucinations. Pour les adeptes d'OVNI, par contre, ont émis l'hypothèse que, si les histoires d'enlèvements sont vraies, les extra-terrestres seraient engagés dans une longue étude de la race humaine et se livreraient à des expériences génétiques en vue de créer une race hybride humano-extra-terrestre. Même si cette théorie est fondée, les psychiatres qui ont examiné les victimes de prétendus enlèvements relèvent les traces d'un sérieux traumatisme. Pour ce qui est de l'apparence des extra-terrestres, les descriptions sont variées mais on rencontrerait trois grands types. Le premier est du type "Roswell" (photo en bas à gauche). Le deuxième est appelé "Reptilien" (en bas au milieu) à cause de son apparence. Un autre type est assez intéressant. Il s'agit des fameux "Hommes en noir" (en bas à droite), créatures possédant toutes les apparences d'un être humain, mais de nature non terrestre, et qui feraient irruption dans la vie des témoins et des chercheurs d'OVNI. Les chercheurs se sont penchés sur plus de 30 cas de visites d'Hommes en noir. Ils se montrent parfois seuls mais, le plus souvent, ils sont par groupes de trois. Ils manifestent une grande perplexité devant des objets aussi banals pour nous qu'un stylo ou des couverts. Il semble que leur mission soit de dissuader les gens de parler des OVNI ou de chercher à se renseigner sur eux. Une théorie ancienne et tenace tient les Hommes en noir pour des agents du gouvernement désireux d'étouffer la vérité sur les OVNI. Aujourd'hui, on a plutôt tendance à penser que ces visiteurs sont soit une illusion des témoins, déjà troublés par une rencontre réelle ou imaginaire avec un OVNI, soit des farces montées de toutes pièces par des plaisantins.

Les géoglyphes et les "cropcircle"

De tous les géoglyphes (signes tracés sur la terre) connus, ce sont ceux de Nazca qui ont suscité le plus de curiosité et le plus de discussions. Les archéologues ont fait le relevé de milliers de lignes et de dizaines de figures diverses (photos à droite et ci-dessous), parmi lesquelles 18 oiseaux, mesurant de 8 à 135 mètres de longueur. Ces dessins couvrent une superficie de 1300 km carrés environ, sur un plateau aride situé entre le versant occidental des Andes et la côte péruvienne. Plusieurs personnes s'intéressèrent à ces dessins et tentèrent d'y trouver une explication. Une d'entre elles, Maria Reiche, y voyait des repères astronomiques. Mais ses théories ne firent pas l'unanimité. Un autre chercheur, Erich von Däniken, se mit à voyager à travers le monde, afin de recueillir des preuves à l'appui de ses théories sur l'origine d'énigmes telles que la pyramide de Khéops et les géoglyphes de Nazca. Dans son premier livre, Chars des dieux?, von Däniken présente les lignes de Nazca comme des pistes tracées par des extra terrestres. Les cosmonautes de l'au-delà, déclare l'auteur, ont atterri à Nazca, ainsi qu'en d'autres lieux du monde ancien. Ils auraient laissé leur carte de visite sous diverses formes: les lignes de Nazca, les sculptures des temples maya, les pyramides d'Égypte, une mystérieuse colonne de métal en Inde, les dessins rupestres de cultures préhistoriques en Russie et en Chine. D'autres ont également supposé que les lignes de Nazca servaient à des chorégraphies rituelles, qu'elles étaient des pistes de courses à pied, qu'on y tendait les fils à tisser. Malgré toutes ces théories, aucune d'entre elles n'a été jugée satisfaisante pour l'ensemble des scientifiques. Le mystère demeure toujours. Beaucoup plus récents sont les "cropcircle". Il s'agit en fait de figures tracés dans des champs de blé, entre autre. On en a découvert surtout dans les champs de Grande-Bretagne et d'Amérique du Nord. Ces dessins peuvent prendre diverses formes: figures géométriques, astronomiques, humaines, animales, physiques, etc. Les adeptes d'OVNI croient qu'il s'agit de messages envoyés par nos voisins du cosmos. D'autres pensent que ces dessins sont fabriqués de toute pièce par des plaisantins.

Nos petites infos

Nous contacter